Europe

Quels enjeux pour l’eau pendant la Présidence française de l’Union Européenne ?

de nouvelles conclusions du Conseil de l’UE sur l’eau

Le 19 novembre 2021, grâce au leadership de la Slovénie, le Conseil de l’UE a adopté des conclusions « L’eau dans le cadre de l’action extérieure de l’UE », dans lesquelles il souligne l’importance stratégique de l’eau et réaffirme l’action diplomatique de l’UE dans le domaine. Le Conseil est préoccupé par le fait que l’objectif de développement durable (ODD) n° 6 continue d’accuser un retard important et reste largement sous-financé au niveau mondial.

Le Conseil appelle à une meilleure prise en compte de l’eau dans les programmes de l’UE et dans les financements en matière d’adaptation au changement climatique. Promouvant une approche multisectorielle, il considère qu’il faut accorder plus d’attention à l’eau dans les dialogues politiques sur le climat, la biodiversité, l’alimentation, la santé et les océans. Le Conseil souligne également l’importance stratégique de l’eau dans l’action humanitaire et la paix.Enfin, l’UE appelle au renforcement du multilatéralisme sur l’eau, par un soutien au cadre d’accélération pour l’ODD6, par la mise en place d’un Envoyé spécial de l’ONU sur l’eau, et une plus forte coordination du travail des Nations Unies sur l’eau. À cet égard, elle se félicite de perspective de la Conférence des Nations Unies sur l’eau prévue à New-York en mars 2023, qui constitue une occasion de mobiliser l’ensemble des gouvernements et des secteurs. Le Conseil souligne la nécessité de résultats concrets.

La Coalition Eau attend de la France qu’elle travaille avec les institutions de l’UE pour mettre en œuvre les conclusions du Conseil.

Une position européenne commune pour la conférence des Nations Unies sur l’eau

Les conclusions du Conseil adoptées en novembre 2021 prévoient que l’UE s’exprime « d’une seule voix » à cette Conférence des Nations Unies sur l’eau en  2023. La Présidence française de l’UE se devra de lancer les négociations entre Etats membres pour l’élaboration de cette position, en impliquant les organisations de la société civile.

La Coalition Eau attend de l’UE qu’elle joue un rôle de leader pour une conférence onusienne ambitieuse, qui permette de rendre des comptes sur la mise en œuvre de l’ODD 6, mais surtout de s’engager sur des mesures concrètes pour accélérer les efforts et sur un suivi opérationnel de celles-ci. Chaque Etat doit prendre des engagements à l’échelle nationale, et la communauté internationale dans son ensemble doit intensifier la coopération. Cette conférence doit notamment permettre d’instaurer de façon permanente une plateforme intergouvernementale sur l’eau au sein du système onusien.

La présidence française de l’UE devra également préparer une position européenne pour les événements qui jalonnent la préparation de la conférence onusienne, notamment le Forum Mondial de l’Eau qui a lieu à Dakar en mars 2022.

L’eau, un prérequis pour les priorités retenues par la France

La Présidence française a mis à son agenda plusieurs priorités pour l’action extérieure de l’UE :

  • La santé

Indispensable pour la prévention des maladies, l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène (EAH) est un déterminant essentiel de la santé publique. La pandémie de covid a rappelé l’urgence vitale d’un accès universel à ces services de base.

Les pays européens et africains devraient saisir l’opportunité du Sommet Union Européenne – Union Africaine, en février 2022, pour renforcer les stratégies sur l’hygiène, en matière de développement humain. Dans le paquet d’investissement qui sera annoncé au sommet, l’hygiène, et en particulier le lavage des mains, doit être intégrée comme une composante majeure des actions de santé publique.

  • Le climat

Le changement climatique modifie profondément le cycle de l’eau et aggrave les risques de catastrophes naturelles, dont 90% sont liées à l’eau (inondations, sécheresses, cyclones, tempêtes, etc.). D’après le GIEC, plus de la moitié de la population mondiale est en situation d’insécurité hydrique. L’évolution de la qualité et de la disponibilité des ressources en eau fait peser des menaces sur les usages de l’eau, qu’ils soient domestiques, agricoles, industriels ou écologiques, mais également sur la paix. Ainsi la gestion durable de l’eau et l’accès à des services d’eau résilients sont des mesures prioritaires d’adaptation au changement climatique.

La Coalition Eau et WaterAid s’associent pour organiser un événement labellisé « Présidence française de l’UE » sur le thème « Renforcer la résilience face aux impacts du changement climatique sur la sécurité de l’eau ». Cette conférence, qui aura lieu en mai prochain (date à confirmer) à Bruxelles, réunira les ministères concernés d’une sélection d’Etats membres de l’UE et de pays en développement ainsi que des institutions européennes, d’agences et de banques de développement, d’organisations de la société civile et d’experts scientifiques. La conférence permettra, d’une part, de procéder à un état des lieux multidisciplinaire des impacts du changement climatique sur la sécurité de l’eau et, d’autre part, d’explorer les opportunités d’action pour renforcer la résilience et l’adaptation.

  • L’humanitaire

Dans un contexte de crises prolongées avec des mouvements de personnes déplacées et réfugiées toujours plus conséquents, l’accès des personnes aux services d’eau, d’assainissement et d’hygiène reste un enjeu fort et les acteurs de l’humanitaire sont de plus en plus confrontés à des difficultés pour atteindre ces personnes. La continuité de l’accès aux services est menacée voire interrompue lors des crises, avec des conséquences dramatiques pour les populations en particulier à cause de la propagation des épidémies et maladies hydriques. La réponse humanitaire est indispensable pour couvrir les besoins vitaux et pour contenir les risques sanitaires.

La présidence française doit pousser pour la prise en compte du sujet de l’EAH dans les crises, en l’inscrivant à l’ordre du jour du premier Forum humanitaire européen, qui sera co-organisé avec la Commission européenne, et en y dédiant une session du Groupe « Aide humanitaire et aide alimentaire » (COHAFA), lequel est chargé d’échanger sur les politiques de l’UE pour l’aide humanitaire et sur sa réaction aux crises humanitaires.

L’eau dans la nouvelle programmation budgétaire de l’aide européenne

L’Union Européenne débute la mise en œuvre de ses programmes de coopération bilatéraux et multilatéraux pour 2021-2027 avec ses pays partenaires. Les questions liées à l’eau et à l’assainissement y bénéficient d’une place renforcée, par rapport à la période précédente : Sur 103 pays, 66 ont intégré l’eau comme un secteur clé ou incluent au moins un résultat lié à l’EAH. Parmi eux, 43 pays ont indiqué des activités liées à l’accès de base à l’EAH. Cette demande et attente forte des pays récipiendaires crée une opportunité pour accroitre concrètement les financements européens en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène.

Pour aller plus loin 

 

Dernières publications