Eau et Climat

La COP27 à Sharm El-Sheikh (Egypte), du 6 au 18 novembre 2022

Présentation de la COP27

La COP27 débutera avec le Sharm El-Sheikh Climate Implementation Summit les 7 et 8 novembre. Ces deux jours comprendront notamment une cérémonie d’ouverture, des tables-rondes et des side-events de hauts niveaux, ainsi que les prises de parole des chefs d’Etat. Le gouvernement d’Egypte animera les six tables rondes sur les sujets suivants : Food security, Just transition, Innovative finance for climate and development, Investing in the future of energy : Green hydrogen, Water security and Climate change and sustainability of vulnerable communities.

Les discussions des jours suivants (du 9 au 17 novembre) seront structurées autour de journées thématiques, comme la journée sur la finance, la science, l’adaptation et l’agriculture, etc. Le 17 novembre servira de récapitulatif des journées thématiques et se concentrera sur l’échange de bonnes pratiques et la recherche de solutions.

Pour cette COP, deux zones distinctes sont prévues :

– La Green Zone: dédiée aux entreprises privées/publiques/ONG afin d’organiser des side-events pour promouvoir leur travail et leurs progrès dans la lutte contre le changement climatique.

– La Blue Zone: dédiée aux conférences et aux négociations. Elle accueille les pavillons des pays et les pavillons thématiques.

4 axes prioritaires de la COP27 énoncés par la présidence égyptienne

La présidence égyptienne souhaite une COP centrée sur la mise en œuvre (« implementation COP ») des résolutions de l’Accord de Paris. L’accent est mis sur la nécessité d’avancer rapidement vers une action complète, rapide et inclusive sur le terrain.

Les quatre sujets prioritaires de cette COP sont les suivants :

  1. L’atténuation des émissions
  2. L’adaptation au changement climatique
  3. Le financement pour le climat
  4. La prise en compte des pertes et préjudices

Participation des associations égyptiennes

L’accès des associations égyptiennes à la COP27 est source de tension. Selon Human Rights Watch, le gouvernement égyptien entrave l’accès de certaines associations égyptiennes à la COP, par le biais de mesures d’intimidation, portant atteinte à la société civile.

Le gouvernement aurait sélectionné les associations travaillant sur des sujets environnementaux perçus comme non-critiques du gouvernement, comme le recyclage, la sécurité alimentaire, l’adaptation ou la finance climat. Au contraire, les associations travaillant sur des sujets plus sensibles, comme les échecs du gouvernement à protéger les droits des populations face aux intérêts d’entreprises polluantes, ou sur la pollution industrielle, le développement du tourisme de masse et l’agrobusiness, se sont vus réprimées en amont de la COP27.

Les résultats attendus par les ONG

Les ONG internationales plaident pour que la justice climatique reste à l’agenda des discussions. Une COP réussie doit adresser les enjeux suivants :

– Répondre aux besoins des populations les plus vulnérables. Cela passe notamment par un financement spécifique et additionnel pour les pertes et dommages, les conséquences irréversibles du changement climatique.

– Continuer de pousser les Etats à réduire drastiquement leurs émissions de gaz à effet de serre. Cette réduction se traduit également par un arrêt immédiat de l’expansion des énergies fossiles, le développement massif des énergies renouvelables, et l’accélération des efforts d’efficacité énergétique.

– Dénoncer le « greenwashing » et les faux-semblants. Les communautés locales et autochtones, gardiennes de nos écosystèmes, doivent être celles que l’on écoute et non les entreprises polluantes qui tentent simplement de conserver le statuquo.

– Mettre en place un cadre d’évaluation des efforts climatiques qui soit transparent et inclusif, afin de pouvoir mesurer les progrès et mieux comprendre les obstacles.

– Respecter les droits humains et promouvoir l’égalité de genre dans les réponses apportées dans la lutte contre le changement climatique.

L’eau à la COP27

Les évènements forts

La gestion de l’eau devrait être au cœur des discussions de la COP, de par son rôle central et sa contribution à l’adaptation et à l’atténuation du changement climatique mondial. Les évènements forts sur les enjeux de l’eau seront les suivants :

⁕ Le «Sharm el-Sheikh Climate Implementation Summit » (SCIS)

Les 7 et 8 novembre sont consacrés aux prises de paroles des chefs d’Etat : 1 table ronde sur les 6 sera consacrée à la sécurité hydrique. Le but est d’échanger des exemples de bonne gestion de l’eau entre pays, discuter de l’accélération de certains projets de gestion de l’eau en cours dans le monde et comment les répliquer dans les pays qui souffrent du manque d’eau.

⁕ Les évènements au Pavillon de l’Eau

Dirigé par le ministère égyptien des ressources en eau et de l’irrigation, le Pavillon de l’eau réunira plus de 30 organisations mondiales qui sensibiliseront les décideurs à la relation étroite entre l’eau et le changement climatique. Le ministère et le comité directeur ont élaboré un programme ambitieux d’évènements centré sur dix thèmes différents. Comme l’année dernière, la participation au pavillon sera élargie, avec une possibilité de suivre les sessions en ligne.

⁕ Le « Water Day » : journée thématique du 14 novembre dédiée à l’eau

Cette journée sera l’occasion de porter politiquement et de manière transversale les enjeux de l’eau. Elle servira de tremplin pour préparer la Conférence des Nations Unies sur l’Eau en 2023 à New-York. La présidence égyptienne présentera l’initiative AWARe (« Action pour l’adaptation et la résilience de l’eau »). Dirigée par le Ministère des Affaires étrangères, cette initiative prône une meilleure intégration du couple eau/climat. Il reste cependant à connaître les contours de la mise en œuvre de cette initiative pour pouvoir pleinement y prendre part.

Les 3 objectifs de cette initiative sont de :

– Diminuer les pertes d’eau dans le monde et améliorer l’approvisionnement en eau

– Proposer et soutenir la mise en œuvre d’une politique et de méthodes convenues d’un commun accord pour une action d’adaptation coopérative liée à l’eau et ses co-bénéfices

– Promouvoir la coopération et les liens entre l’eau et l’action climatique afin de réaliser l’Agenda 2030, en particulier l’ODD 6.

* Lancement du Fonds d’adaptation des villes africaines à l’eau (Fonds ACWA)

Ce Fonds est un nouvel instrument de financement mixte axé sur l’Afrique qui vise à soutenir le développement et la mise en œuvre de plus de 200 projets dans 100 villes africaines d’ici 2032. Lancé par le World Resource Institute (WRI) en collaboration avec des partenaires des secteurs public et privé, des banques de développement, des investisseurs d’impact, des acteurs étatiques et non étatiques et des experts, il a pour objectif d’aider les dirigeants des villes à financer et à mettre à l’échelle des solutions de résilience à l’eau à fort impact dans toute l’Afrique en tirant parti des financements privés tout en coordonnant mieux les fonds du secteur public avec l’aide au climat et au développement.

les attentes des acteurs de l’eau pour la COP27

Pour les acteurs de l’eau, il s’agit d’œuvrer pour montrer que l’eau est une solution aux défis et fait le lien entre tous les secteurs de nos sociétés.

Les recommandations des membres du Partenariat Français sur l’Eau :

– Promouvoir et encourager la solidarité internationale

– Renforcer les stratégies d’atténuation

– Placer le cycle complet de l’eau au cœur de l’adaptation

– Approfondir et partager la connaissance pour mieux gérer les ressources en eau

– Elargir les bonnes pratiques de gouvernance de l’eau en y incluant le changement climatique et priorisant les solutions fondées sur la nature

– Mobiliser plus de financements et une gouvernance internationale adaptée

Le PFE et ses membres sont également co-organisateurs et/ou contributeurs de plusieurs évènements sur d’autres tribunes.

Les recommandations du Sanitation and Water for All collective :

– Assurer la résilience des communautés grâce à des services d’eau et d’assainissement résilients.

– Garantir, dans la mesure du possible, l’utilisation d’énergies renouvelables (par exemple, l’énergie solaire et éolienne) pour les opérations d’eau et d’assainissement.

– Mettre en place un financement climatique direct pour identifier puis moderniser les services d’eau et d’assainissement existants qui sont fortement exposés aux aléas du changement climatique

Les recommandations d’Action Contre la Faim :

– Soutenir les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) pour qu’ils restent résilients aux chocs, notamment climatiques, en augmentant les investissements et le soutien politique aux infrastructures d’eau, d’assainissement et d’hygiène.

– Garantir une gestion équitable de la ressource en eau en donnant la priorité aux besoins domestiques et de santé publique.

Par ailleurs, une délégation d’Action Contre la Faim participera le 14 novembre au side-event « Water Vulnerability of communities living in fragile contexts Addressing Adaptation Barriers and looking for improvement » au Pavilion égyptien (Blue Zone). John Otieno, responsable régional du plaidoyer pour l’Afrique de l’Est d’Action Contre la Faim, sera un des panellistes.

A suivre sur Twitter

  • Suivez le RAC : @RACFrance
  • Suivez le PFE : @PFE_FWP
  • Suivez la Coalition Eau : @CoalitionEau
  • Suivez la COP27 : @COP27

 

Dernières publications

29 janvier 2024

Publication du rapport final

Etude des effets et de l’impact de la Coalition Eau


,

25 janvier 2024

Propositions de la Coalition Eau

One Water Summit 2024



21 septembre 2023

CONCLUSIONS DU CICID DE JUILLET 2023

Analyse de la Coalition Eau