Aide Publique au Développement

La Coalition Eau publie sa note « Eau, Assainissement et Hygiène : Pour une aide française plus juste ! »

Quels résultats ?

Au sein du dispositif français d’APD, le secteur de l’accès à l’eau et à l’assainissement est emblématique du déséquilibre entre prêts et dons. Selon les données OCDE (2010-2014) utilisées pour notre étude, les engagements d’aide bilatérale dans ce domaine s’élèvent en moyenne à 482 millions d’euros par an, dont 87% sont des prêts.

Ceci a pour conséquence de flécher une grande partie de l’APD Eau et Assainissement vers :

  • les pays solvables, à savoir les Pays à Revenus Intermédiaires (71% des engagements), au détriment des pays les Moins Avancés et Pays à Faibles Revenus (27% des engagements) qui concentrent pourtant une grande partie des 1,8 milliard de personnes n’ayant pas accès à une eau saine ;
  • les grosses infrastructures urbaines, au détriment des systèmes de base en zones rurales ou périurbaines (6% des engagements seulement), où les taux d’accès sont pourtant les plus faibles ;
  • les projets d’accès à l’eau, au détriment de l’assainissement, secteur non-rentable (et donc non finançable par prêts), alors même que 2,4 milliards de personnes sont encore privées d’installations sanitaires. Le retard dans le domaine de l’assainissement empêche les progrès des objectifs de santé publique, de nutrition, d’éducation, d’égalité des genres et de nombreux Objectifs de Développement Durable (ODD).

Nos recommandations

Dès lors, les ONG de la Coalition Eau appellent la France à réaffirmer sa détermination pour la réalisation effective du droit de l’Homme à l’eau potable et à l’assainissement. Elles mettent en exergue 6 recommandations pour une aide française plus juste dans ce domaine :

  1. La France doit atteindre 100 millions d’euros de dons par an pour l’accès à l’eau et à l’assainissement
  2. La part de la Taxe sur les Transactions Financières (TTF) affectée à l’eau et l’assainissement doit être pérennisée
  3. 50% de l’APD pour l’eau et l’assainissement doit être destinée aux Pays les Moins Avancés
  4. 50% de l’APD pour l’eau et l’assainissement doit être dédiée à l’assainissement
  5. La France doit affecter des fonds additionnels pour l’adaptation dans le domaine de l’eau, orientés vers les populations les plus vulnérables au changement climatique
  6. La France doit poursuivre ses efforts pour améliorer l’efficacité et la transparence de l’aide dans le secteur.

Dernières publications